Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Histoire et Géographie - Pratiques de classe / Géographie prospective / Documentation / Euralens et le 11/19 / Euralens, des réalisations et des projets

Euralens, des réalisations et des projets

Euralens, des réalisations et des projets

Notice d'accompagnement

Les

Les clusters d'Euralens, introduction générale

 

 

 

 

Selon un article de J. Bouinot paru en juillet 2005 sur le site internet http://cybergeo.revues.org, un cluster peut être défini comme « la concentration géographique d'entreprises interdépendantes qui fournissent des biens et des services dans des secteurs économiques proches» Au sein d'un cluster, on trouve à la fois :

- un pôle de recherche, de développement (par le biais d'un centre de recherche, d'une université),

- un pôle de formation (lycée, centre de formation spécialisé, CFA),

- des entreprises d'un même secteur économique.

L'idée selon laquelle la proximité géographique et sectorielle favoriserait le développement économique n'est pas, en soi, nouvelle puisqu'elle apparaît au États-Unis au XIX° siècle avec les travaux d'Alfred Marshall sur les villes industrielles de Birmingham et de Sheffield. Cependant, les principes sont redéfinis et actualisés par Mickael Porter dans les années 1990. D'après cet économiste américain, les clusters ou grappes, seraient l’un des principaux facteurs de la compétitivité économique des territoires. En effet, pour lui, les relations entre des entreprises géographiquement proches induiraient un meilleur apprentissage, une diffusion de l’innovation plus forte et donc une plus grande compétitivité des entreprises intégrées à cet espace. On touche là aux caractéristiques nouvelles induites par le concept de cluster à savoir qu'il s'agit d'une proximité d'entreprises dont les activités appartiennent à la « nouvelle économie » ou « économie de la connaissance ».Dans cette économie « nouvelle », la principale ressource des territoires est devenue le capital humain, vecteur de savoir, de créativité et d’innovation.

Les clusters connaissent un succès certain auprès des acteurs de l'aménagement du territoire dans la mesure où ils sont souvent perçus comme étant synonymes de croissance économique, de création d’emplois et de cohésion sociale. Ils occupent donc une place importante dans leurs stratégies territoriales et notamment dans le cas de projets d'aménagement de régions peu dynamiques ou en reconversion. Des exemples comme celui du Pays Basque espagnol montrent que des clusters innovants peuvent représenter un atout réel pour les territoires en difficulté. En situation périphérique, le Pays Basque faisait traditionnellement fuir les investisseurs en raison notamment de son l’enclavement. Ce territoire, dont le taux de chômage était supérieur à 30 % dans les années 1980,  ne disposait d’aucun atout pour assurer sa mutation  vers l’économie de la connaissance. La stratégie d'aménagement a d'abord reposé sur une plus grande innovation dans les filières traditionnelles. Dès 1991, le Pays Basque espagnol est le premier territoire à expérimenter le concept de cluster avec l’appui de M. Porter lui-même. Des clusters prioritaires ont été définis dans des secteurs traditionnels (industrie du papier, sidérurgie, automobile, machine à outils, industries portuaire.), mais aussi plus nouveaux (électroménager, environnement, informatique, télécommunications, transport logistique, aéronautique et audiovisuel). Au nombre de treize, les clusters basques génèrent aujourd’hui 45 % du PIB régional.

C'est aussi dans une stratégie de définition de priorités qu'ont été imaginés les clusters Euralens. Dès le début de l'année 2010 est mis en place sous l'influence du Préfet du Pas-de-Calais et du Président de Région un groupe de travail chargé d'étudier les modalités pour faire de l'arrivée du Louvre-Lens un vecteur de dynamisme économique. En effet, si dés cette époque les implications urbanistiques de l'arrivée du Louvre sont envisagées, il n'en est rien des aménagements prévus pour pouvoir prétendre à ce que le territoire d'accueil de ce musée bénéficie de retombées économiques. Tout démontre au contraire que les milieux économiques ne s’approprient ni l'annonce de l'implantation du musée (2004) ni même la pose de la première pierre (2009). Un groupe de travail piloté par le sous-préfet de Lens (à l’époque Mme Pétonnet) va, dans un premier temps, questionner les enjeux et les atouts du territoire d'Euralens. Ce groupe de travail dégage quatre axes prioritaires :

-développer l'attractivité des territoires,

-développer le tourisme au sein de ces mêmes territoires,

-développer la formation,

-mettre en place des clusters.

 

Le groupe analyse la réussite de Bilbao et du musée Guggenheim en constatant que celle-ci repose sur le développement de secteurs d’activités dans lesquels le territoire basque connaissait déjà une situation privilégiée. Ce groupe de travail propose dès lors de s’inspirer de Bilbao en développant les spécificités économiques du territoire d'Euralens comme autant de pôles d’excellence : logistique en utilisant la plateforme Delta3 préexistante, éco-matériaux et performance énergétique autour du CD2E, économie du sport et du bien-être, métiers d’art et numérique culturel...Le groupe de travail va soumettre sept propositions d'orientation pour un développement économique du Louvre-Lens à l'assemblée générale d'Euralens de juin 2010. De ces propositions adoptées vont émerger cinq des six clusters Euralens (document 1).
 

Pour autant qu'il puisse être associé à des mutations parfois réussies, le terme cluster désigne un concept très évolutif aux contours parfois difficiles à cerner. Si la démarche de définition des clusters choisie par Euralens s'inscrit dans des procédures initiées par des villes comme Bilbao, les clusters de l'association se démarquent  par une spécificité revendiquée. En effet, Euralens affirme que ses clusters sont durables. Les choix de communication de l'association visibles par le biais de son site internet montrent d'ailleurs cette volonté forte d'afficher une thématique de ce type. Avant même de définir la notion de cluster et de présenter ceux-ci, le site internet propose aux visiteurs un schéma explicatif basé sur une analogie entre cluster et végétal (http://www.euralens.org/clusters-durables.html). Cette orientation est une constante en matière de communication et de principes de fonctionnement de l'association : Passer d'un territoire noir (l'extraction minière par essence non renouvelable) à un territoire vert et bleu (couleurs qui symbolisent, au contraire, certains aspects du développement durable). Il y a manifestement une volonté de rupture par rapport à certaines activités induisant un développement exogène et la volonté de développer au contraire des capacités endogènes de développement (synonymes de développement durable).


 

Il existe six clusters Euralens. Certains sont opérationnels parce que déjà en activité depuis quelques années  (ils ont d'ailleurs parfois servis de modèle à suivre pour illustrer des pratiques satisfaisantes). D'autres en sont encore au stade de projets. Les acteurs à l'origine de leur création ou de leur développement sont pluriels. Pourtant, au-delà de ces différences, tous ont été définis comme représentant des secteurs stratégiques dans lesquels un potentiel de développement (présent ou futur) était envisageable. Leur inscription dans la démarche d'Euralens leur a octroyé de fait une labellisation qui rend leur identité particulière facilement lisible. De même, ces clusters inscrivent leur développement futur à différentes échelles : leur lien avec l'échelon régional (financement) est fort mais ils s’insèrent dans des dynamiques territoriales nationales voire européennes. On pourra dès lors jouer de ces ressemblances pour interroger les six clusters Euralens avec des problématiques communes comme :

- Sur quelles réalités perçues ou réelles du territoire l'existence de ce cluster trouve-t-elle ses fondements ?

- Comment ce cluster s’insère-t-il ou s'insérera-t-il à différentes échelles ?


Proposition de corpus documentaire

 

 

Document 1 : synthèse de l'Assemblée générale d’Euralens du 1 er juillet 2010 Sept propositions pour un développement économique durable autour du Louvre-Lens (source site internet de la Mission Bassin Minier: http://www.missionbassinminier.org/fileadmin/user_upload/images/projets/grands-projets/louvre_lens/Euralens_-_7_propositions_pour_le_developpement_economique__2_.pdf)

Mots-clés associés :